Madeleine Gaugué

Madeleine

Madeleine Gaugué (1898-1960)

Madeleine Gaugué est la fille d’un voyageur de commerce en bonneterie et d’une modiste.

Après de premiers engagements sociaux et médico-sociaux dans le Loiret, elle intègre l’Ecole d’action sociale de Levallois Perret (1927-1928) et souhaite devenir « résidente » dans un centre social. En 1928, elle est affectée par Marie-Jeanne Bassot à la Maison sociale de Saint-Denis dont elle sera la résidente responsable, toute sa vie durant.

Elle devient, en 1936, la Secrétaire générale de la Résidence sociale de Levallois Perret, après le décès de Marie-Jeanne Bassot. Tout en continuant de résider à Saint-Denis, elle en poursuivra le développement pendant 24 ans.

En 1937, elle acquiert des chalets à la Balme de Thuy en Haute-Savoie pour des colonies de vacances et en 1941 elle achète le château de Briançon, à Bauné près d’Angers, pour y créer un aérium.

Restée à Paris durant la seconde guerre mondiale, elle y a des activités de résistance. Ainsi, elle fait passer en zone libre des enfants juifs en les intégrant dans des groupes de la Résidence sociale partant pour des colonies à la Balme de Thuy.

Sensible aux questions de l’immigration nord-africaine, elle établit des liens avec Germaine Tillion, avec laquelle elle effectue un voyage en Algérie. Elle facilite en 1957 l’organisation, à la Résidence sociale, d’un stage long de formation pour de futurs cadres musulmans des centres sociaux d’Algérie.

Elle est une active administratrice de la Fédération des centres sociaux de France pendant 22 ans (1938-1960).

Atteinte d’un cancer du foie, elle décède en 1960 à la Résidence sociale, tout comme avant elle Marie-Jeanne Bassot, en n’ayant quitté ses responsabilités qu’à la dernière extrémité. Elle a 62 ans.