Marcelle Margot-Noblemaire

Marcelle

Marcelle Margot-Noblemaire (1898-1987)

Marcelle Margot-Noblemaire est la fille d’Auguste Rateau, polytechnicien et industriel, inventeur de la turbo-compression et de nombreuses machines. Elle épouse René Margot-Noblemaire, futur Directeur Général puis Président de la Compagnie Internationale des Wagons-lits.

Sollicitée par Marie-Jeanne Bassot, elle devient bénévole à la Résidence sociale de Levallois Perret à partir de 1925. Ensuite, elle y est membre du Comité de propagande (1933-1935), administratrice (1935-1949), vice-présidente (1950-1958) et finalement présidente (1959-1977). Pendant la seconde guerre mondiale, elle coopère aux actions résistantes de Madeleine Gaugué.

Lorsqu’Apolline de Gourlet quitte la présidence de la Fédération des centres sociaux de France (FCSF) en 1945, elle est choisie pour lui succéder. Elle présidera la fédération pendant 24 ans (jusqu’en 1969), faisant bénéficier celle-ci de son expérience à la Résidence sociale, de sa générosité financière et de ses « bonnes relations ». Durant son mandat, le conseil d’administration s’ouvre à des personnalités extérieures, la secrétaire générale, Juliette Maze, passe le relais en 1961 à un directeur salarié, Jean Busson, de ce fait davantage en mesure d’accompagner et de structurer l’important développement en nombre et en qualité des centres sociaux. De 1945 à 1969, les adhérents de la FCSF passent de 30 à 470, ce qui rend possible une politique de création de fédérations régionales ou départementales (10 fédérations en 1969).

Elle contribue directement à la relance de la Fédération internationale des Settlements en 1947 dont elle devient la secrétaire générale du Comité exécutif, puis la vice-présidente. A ce titre, elle se rend régulièrement aux USA pour y visiter des settlements, leurs fédérations et pour y donner des causeries et elle prépare avec Juliette Maze les congrès internationaux à venir (Amsterdam en 1952, Berlin en 1956).

Consciente des graves difficultés financières et de personnels que connaissent les centres sociaux nouvellement créés en France, elle multiplie les démarches auprès des ministères et préside deux congrès nationaux (Dourdan en 1967 et Lyon en 1969) : la FCSF obtient ainsi la constitution en mai 1969 d’un groupe de travail sur les centres sociaux piloté par le Secrétariat d’Etat de Marie-Madeleine Dienesch.