Marie Gahery

Marie

Marie Gahéry (1855-1932)

Marie Gahéry est la fille d’un enseignant de Lisieux devenu receveur municipal.

Après une expérience religieuse de deux ans au Carmel de Lisieux, elle séjourne plusieurs années aux USA et en Angleterre, ce qui lui permet de connaître les settlements qui ont la particularité de pratiquer une éducation populaire réclamant de ses adeptes de résider dans les quartiers populaires.

De retour à Paris, après l’ouverture d’un « petit ouvroir » » en 1894, elle fonde en 1896, un settlement (l’Œuvre sociale de Popincourt) en adoptant le principe de « résidence » pratiqué par les anglo-saxons. Soutenue par le marquis Albert Costa de Beauregard, son œuvre, accueillant essentiellement des enfants, devient trop à la mode et elle lui échappe. En désaccord avec son Comité de patronage, elle quitte son œuvre brusquement en décembre 1898.

Elle crée alors (1899) l’Union familiale, d’abord appelée Union sociale de Charonne. Son action est surtout tournée vers les enfants pour lesquels elle innove en s’inspirant de la pédagogie froebelienne. Elle cesse d’y exercer ses fonctions de secrétaire générale à la déclaration de la guerre de 1914 et se retire en Haute-Savoie.